Le rêve de l’Autre


Extrait du discours de Gilles Deleuze sur la question du rêve au travers du cinéma de Vicente Minnelli. Le rêve n’est pas une situation, le rêve est un monde, qui est fermé sur soi. Un rêve fuit dans toutes les directions, se diffracte, s’échappe, se présente sous un autre profil mais il persiste. Le rêve obsède et devient désir. C’est en ce sens une toile d’araignée qui absorbe le rêveur lui-même.

« Ne soyez-jamais pris dans le rêve de l’autre, car si vous êtres pris dans le rêve de l’autre, vous êtes foutus »

On entre dans le rêve d’un autre par absorbtion et on s’y perd.